Avant-propos


Le Pays de Nice et ses peintres au XIXe siècle, paru en 1998, avait marqué
le centenaire de la création de notre revue Nice Historique. Le large succès
qu’obtint ce livre, dont les deux éditions successives sont depuis longtemps
épuisées, aussi bien auprès de nos soci, des Niçois, que des collectionneurs
et des amateurs de paysages, nous a conduits à proposer aujourd’hui une suite avec
ce Voyage pittoresque dans le comté de Nice et les Alpes-Maritimes du XVIIe au XIXe siècle
à travers les gravures et les lithographies. L’opportunité nous en est donnée par le
centenaire de l’Acadèmia Nissarda que l’on se devait de marquer aussi par une
nouvelle publication exceptionnelle.

Séduisantes, amusantes, réalistes ou imaginaires, ce sont les gravures et les lithographies
qui ont fait connaître les paysages pittoresques de notre région à travers
le monde. Comme ce fut déjà le cas pour les peintures et aquarelles de paysage,
aucun travail d’envergure sur le thème prolifique des estampes du comté de Nice
n’avait été réalisé et, une fois encore, cette entreprise ne pouvait être menée
à bien que par l’Acadèmia Nissarda.

Il m’appartient de rappeler ici que la plupart des grands collectionneurs
d’estampes étaient des membres fondateurs de l’Acadèmia, comme Alexandre
Barety, mon grand-père, ami de l’un des plus grands graveurs de son temps,
Marcellin Desboutin, comme le libraire Benoît Visconti, Victor de Cessole, Louis
Martiny… On retrouve leurs noms dans le catalogue de la seule grande exposition
consacrée à l’histoire de Nice où les gravures figurèrent en bonne place, « Nice
à travers les âges », tenue en 1919 dans les locaux de l’Artistique. Plusieurs
d’entre elles furent données au Musée Masséna ou à la Bibliothèque de Cessole
et se trouvent aujourd’hui reproduites dans cet ouvrage.

Je tiens à remercier d’abord les collectionneurs pour leur amitié généreuse,
pour la patience et la compétence qui leur ont permis de réunir au fil des années
des trésors souvent uniques : sans leur concours nous n’aurions pu vous proposer
d’aussi somptueuses images. Car ce sont souvent des gravures ayant appartenu à
des notables, des aristocrates, voire des princes que vous allez découvrir : des vues
tirées en couleurs ou rehaussées de gouache, d’aquarelle, faisant de chacune
d’entre elles une oeuvre unique, superbe, chatoyante ; loin des vues sévères et
rébarbatives, ainsi que l’on réduit fréquemment le monde de l’estampe romantique

Fin connaisseur des paysages de notre région, Madame Laure Beaumont-Maillet,
conservateur général à la Bibliothèque nationale de France, directeur du département
des estampes et de la photographie, a accepté avec une grande gentillesse
de présenter ce livre. Qu’elle veuille trouver ici l’hommage sincère et unanime de
notre compagnie pour cet honneur.

Louis Cane, attaché à notre région dont il met en scène les paysages, nous
offre une véritable “figuration libre” avec un texte superbe et original, nourri de
sa sensiblilité et de son oeil d’artiste. Nous sommes particulièrement fiers d’avoir
pu bénéficier d’une telle préface.

Autour de Paul-Louis Malausséna, Lucien Mari et Jean-Paul Potron qui eurent
l’idée de cet ouvrage, les collaborateurs du Nice Historique se sont une nouvelle
fois mobilisés. Qu’ils trouvent ici mes compliments pour leur fidélité et la
qualité de leur travail : Nadine Aimar-Bovis, Hervé Barelli, Christian Borghèse
Michel Bottin, Jean-Loup Fontana, Marc Ortolani, Paul Raybaut, Michel Steve.
L’ambition de cette entreprise nous a permis de compter en outre de remarquables
contributions grâce à Louis Mézin, conservateur en chef du Musée Masséna et
expert dans l’histoire des estampes, étant lui-même un graveur talentueux, avec
les professeurs Domenico Astengo et Giulio Fiaschini, qui travaillent depuis
plusieurs années sur les représentations de la Riviera et ont signé en 2004 le
superbe catalogue de l’exposition « La Route de Gênes » qui se tint à Savone, avec
le professeur Jean Brondel qui s’est attaché avec opiniâtreté à établir la première
biographie exacte de l’ingénieur savoyard Albanis Beaumont. Que tous soient ici
chaleureusement remerciés.

Avec eux, je vous invite à partager ce périple dans le temps à travers de
magnifiques images de voyage.

Jean-Paul Barety
Président de l’Acadèmia Nissarda